LES DEMEURES DES SOURCES VIVES


« Qui point ne sert point n’espère »

 Dr André Lamarche

Préambule

L’association « les Demeures des sources Vives » trouve son origine dans les recherches et les réalisations du Dr André Lamarche, médecin chef honoraire des hôpitaux de Tunis que « des personnes atteintes jusqu’au tréfonds d’elles-mêmes, retrouvent une place entière, chacune à son niveau autour d’un vécu spirituel commun ».

En effet une longue expérience nous a appris que de nombreuses personnes ayant eu de grandes difficultés : hospitalisations répétées ou de longue durée, solitude, difficultés importantes à vivre dans le monde actuel, ne relèvent plus ni d’une hospitalisation ni d’un organisme d’aide ou d’assistance, sans toutefois être en mesure de reprendre une vie totalement autonome.

C’est pourquoi l’association « les Demeures des Sources Vives » créée en 1978, a imaginé une réponse nouvelle : le milieu de vie ou lieu d’hébergement.

D’inspiration chrétienne, le milieu de vie fonctionne comme une famille rassemblée, réunie afin que chacun (e) soit fortifié (e), responsabilisé (e) et en meilleure situation de vie.

«  Aider chacun à acquérir le maximum d’autonomie dont il est capable ».

Plusieurs milieux de vie ouverts ou en cours d’ouverture nécessitent une organisation fédérative :

             LA FEDERATION DES DEMEURES DES SOURCES VIVES

Principes généraux

Entre les associations régies par la loi de 1901 et 1908, créant des milieux de vie et la Fédération des Demeures des Sources Vives, il est convenu : - à partir d’une conception chrétienne et humaniste de l’homme – de se conformer à un certain nombre de règles communes visant à harmoniser les expériences vécues dans des endroits différents, avec des personnes diverses.

Les membres actifs de l’association apportent leur contribution à la bonne marche du milieu de vie ; ils élaborent une « règle de vie » en accord avec les résidents du milieu de vie (modèle proposé ci-joint ).

Les associations qui désirent adhérer à cette Fédération doivent reconnaître la Charte comme ligne de conduite. Comme premier signe il paraît souhaitable que les termes de « l’eau » et de « demeure » (lieu de sécurité) apparaissent dans la dénomination choisie.


QU’EST-CE QU’UN MILIEU DE VIE 

« Une réponse adéquate à la maladie que chacun porte en soi quand il franchit la porte de la maison » B. Lallemand, milieu de vie de Gleizé.

Les milieux de vie s’adressent aux personnes en difficulté psychique, en recherche d’un nouvel équilibre. Ils les accueillent dans la mesure où elles sont suffisamment stabilisées (mentalement et physiquement) et désireuses de participer à leur propre évolution.

Le séjour est basé sur la vie commune, le soutien réciproque, le partage des tâches quotidiennes et le financement.

Les futurs résidents ayant choisi librement d’entrer dans le milieu de vie concerné doivent effectuer un stage d’essai. La décision de l’accueil dans le milieu de vie sera prise après consultation des différents intéressés de l’Association : les résidents, le Bureau, le membre de soutien.

Le nouveau résident s’engage à respecter la règle de vie.

Ces séjours peuvent être soit limités pour ceux qui retrouveront une vie à l’extérieur, soit de longue durée pour ceux qui le souhaitent.

L’objectif est de permettre le développement maximum des capacités et de l’autonomie de chacun.


Des spécificités

- L’autonomie

Le Milieu de Vie ne doit dépendre d’aucune institution privée ou publique qui puisse remettre en cause son autonomie car c’est surtout un lieu d’hébergement, « un ensemble de locations individuelles regroupées » et chaque résident est donc libre et responsable de ce lieu, ce qui va dans le sens de sa recherche d’autonomie.

Par contre chaque résident peut bénéficier, personnellement, de toutes les aides, publiques ou privées, auxquelles il peut prétendre afin d’assurer sa propre prise en charge financière.

Pour assurer une pérennité auprès des résidents, l'Association partie prenante devra se poser elle-même le problème de la conformité - si elle veut rester adhérente – à cette clause de la charte : respect d'un bail standard pour chaque résident assorti de la règle de vie interne de l'Association ( selon le modèle proposé ci-joint). Au préalable elle notifiera à la Fédération le résultat de l’étude menée à cette occasion. La règle de vie fera l'objet d'un soin particulier.

Enfin la Fédération se réserve le droit d'effectuer une visite dans le Milieu de Vie pour s'assurer de sa bonne observance et l'Association adhérente autorisera la Fédération à participer aux assemblées générales - qu'elle tiendra informée - en tant qu'observateur sans droit de vote .

- Le vécu spirituel commun

Les Demeures sont bien sûr ouvertes à toute personne croyante ou non. Toutefois l’expérience a permis de voir que l’accompagnement spirituel et le soutien de la prière étaient très bénéfiques pour le résident. Il se sent soutenu, apaisé et la prière lui permet, dans les moments difficiles, de trouver un réconfort alors que les autres moyens mis à leur disposition ont leurs limites.

«  Que deux ou trois soient réunis en mon nom, Je suis là au milieu d’eux. » Matt18,20

Donc la communion de prière est un bienfait et pour cela il est vivement recommandé qu’un endroit de la Demeure puisse être réservé à cet effet.

- Le suivi médical

Il est à la charge de chacun : la liberté est entière quand au choix du médecin, des auxiliaires médicaux. Il est toutefois obligatoire, l’Association n’étant pas médicalisée.

Des caractéristiques

Le Milieu de Vie est caractérisé par la volonté de vivre dans le respect mutuel entre les résidents, quelque soit leur âge, leurs difficultés, leur plus ou moins bonne santé, leur origine, ainsi qu’à s’accepter les uns les autres, d’être désireux de «  progresser vers le maximum d’autonomie et de capacité dont chacun est capable .

L’espérance est le maître mot de cette vie nouvelle faite de tolérance, partage, confiance ». 

Le Milieu de Vie est ouvert sur les activités extérieures : profession, formation, culte, distraction, participation à la vie locale.

Des bénévoles sont appelés à jouer un rôle irremplaçable : aider les résidents à s’insérer dans la vie locale, ceci en accord et pleine harmonie avec les membres du conseil d’administration et le membre de soutien.

Ils sont des membres actifs de l’Association, des voisins, des membres d’associations locales ; ils ne doivent pas faire à la place des résidents mais aider ceux-ci à réaliser ce qu’ils souhaitent ; c’est un accompagnement.

Un « membre de soutien » est un salarié de l’Association chargé du Milieu de Vie.

Il est employé à temps partiel ou à temps plein et rémunéré par les résidents sur le budget du « Milieu de Vie ».

Il apporte une aide à l’ensemble de la maison et à chacun en particulier. Son rôle est important ; il collabore à l’évolution positive de chaque membre et à l’harmonie du groupe.

Il travaille en relation étroite avec les membres du bureau de l'Association.

Il ne s’agit pas pour lui de faire mais de « faire faire ».

Il doit coordonner et soutenir les efforts de chacun pour assumer le partage des travaux, des joies et des peines. Il aidera les résidents à surmonter leurs difficultés ; il les soutiendra afin qu’ils entrent en prise directe avec la vie.

En conclusion :

La création d’un Milieu de Vie nécessite la présence d’un certain nombre de personnes, parents, amis et sympathisants, particulièrement décidés à s’engager dans une aventure passionnante mais exigeante et en assumer les responsabilités.

Cette charte a été élaborée dans le but d’établir une communauté de personnes en difficulté psychique ; il ne doit pas être détourné.

* les textes en itallique et entre guillemets sont du Docteur Lamarche.

 

La Charte
© 2018